________Français

LA GUERRE EST LA PLUS GRANDES DES DÉFAITES

La guerre est la constatation d’une défaite, d´un effondrement de toutes les valeurs, de tous les sentiments authentiques et de toutes les essences élevées qui nous transformeraient en parfaites créatures vouées à la plénitude, à l´amour, à la croissance, au leadership de notre propre vie, à la culturisation de la société, à la préservation et au développement des êtres vivants et à l’harmonie de fluer dans la paix et dans la liberté.

Preciada Azancot - 2014

Preciada Azancot – 2014

Et si cette guerre est faite, à quelque niveau que ce soit (social, économique, politique, militaire ou psychologique) contre l’éthique, contre la clarté et la sensibilité, contre une culture de justice sociale équitable, contre ce qui est digne et civilisée, contre l’aimant et le bienveillant lumineux, nous sommes alors face crime contre l’humanité, face au génocide des plus innocents. Nous convoquons alors la barbarie et l’obscurité, qui accourent, assoiffées de couvrir la surface de la terre et de confondre le sens de l’orientation des citoyens les plus honnêtes et pacifiques.

Et si cette guerre est en plus baptisée avec l’antagoniste de son nom et au lieu de « diabolique », est appelée « sainte » – qu’il s’agisse de qui il s´agisse à travers de l´histoire-, nous devrons assumer que nous sommes en train d´invoquer les démons pour les appeler « anges » et que nous mettons sur un trône les dépités, les envieux, les négateurs de la lumière, pour les appeler « sauveurs » et « civilisateurs ». Nous suivons, aveuglément fanatisés et sectaires, les fabricants de trous noirs et nous livrons à l´orgie de la haine contre la lumière et contre la paix de fluer en innocente liberté.

Aucune guerre n’est sainte, et toute guerre est sacrificatoire du meilleur de nous-mêmes tout d’abord, du meilleur de l’autre, à continuation. C’est seulement l’harmonie, l’immortalité de la clarté, l’astralité du vital curatif, l’éternité de la grandeur, l’ubiquité de la passion pour l’âme innocente et pure, l’infinitude de la vérité comme source lumineuse et cristalline de plénitude, de liberté et de paix, qui sont saintes. Saintes et sacrées, donc.

Et la légitime défense alors, lorsque nous sommes attaqués par les constructeurs de ténèbres? La légitime défense n´est qu´un devoir d´une extrême amertume qui, quand elle est juste et seulement vouée à défendre ce qui est innocent et pacifique, se vit comme un noir deuil de l’âme (ne nous préparons-nous pas à enterrer des enfants, à détruire des beautés, à faucher des vies, propres ou celles de nos attaquants?), avec désespoir et inconsolable chagrin, avec horreur des effusions de sang versé et à verser, avec l´exil de innocence en soi et amputation de la vie en plénitude. Priant, priant -cela oui- pour qu´advienne le sourire de la réconciliation et la renaissance de l´espoir en la lumière.

Athénée, Minerve, déesse de la guerre, est à la fois la déesse de la sagesse et toute son énergie est concentrée -quand la guerre défensive est inévitable-, à seulement paralyser les bras armés de ceux qui, désorientés, s´apprêtaient à sacrifier la vie, et pour que, glacés d´épouvante, ils se réveillent de ce cauchemar qu’ils convoquaient et puissent alors remercier, étreignant leurs enfants et leur propre nature bénigne et compatissante, d´avoir récupéré leur bon sens, sans voir une seule goutte de sang versée. Dès lors surgit le sourire de la réconciliation, avec soi-même inéluctablement, avec l´autre ensuite, à qui l´on a demandé pardon de tout son cœur, pour être ainsi lavé et rebaptisé dans son sourire accueillant.

Nous n’avons jamais été aussi assoiffés d’Athénée et de sa sagesse.

Preciada Azancot, 2014.

-o-o-o-o-o-o-

LA PETITE FILLE QUI FAISAIT RIRE DIEU

LA PETITE FILLE QUI FAISAIT RIRE DIEU by Preciada Azancot

LA PETITE FILLE QUI FAISAIT RIRE DIEU by Preciada Azancot

A continuación, et chapitre à chapitre, un roman initiatique sur un petite princesse conçue par Préciada Azancot pour retenir sur cette planète Le Petit Prince. Une histoire pour tous les âges et pour tous types de personnes qui cherchent la signification du mot AMOUR.

LA PETITE FILLE BY PRECIADA AZANCOT

LA PETITE FILLE BY PRECIADA AZANCOT

“Lorsque, le lendemain, Nathalie se réveilla, elle eut une expérience toute nouvelle pour elle: il faisait une chaleur étouffante. Balkis haletait, affalée à ses cotés. Sa délicate langue violette pendait et frémissait comme une feuille au vent. La boule de longs poils dorés agita, jubilante, sa queue arquée et touffue pour saluer le réveil de sa maîtresse. Nathalie leva les yeux.

Deux yeux, splendides, dorés, immenses, la regardaient d’une hauteur qui lui paru colossale. Lui cachant le soleil, il y avait un cheval blanc. Sur le cheval, un cavalier drapée dans un burnous noir, chaussant des bottes noires aux éperons d’argent, au blanc visage triangulaire couronné de boucles sombres, lui souriait; tendre et timide. La petite fille se blottit dans cet immense regard doré. Ce regard, cette couleur dorée, lui étaient familiers, mais elle n’arrivait pas à se souvenir d’où elle les rappelait. Elle se redressa, lui sourit confiante et, une fois Balkis serrée contre son cœur, elle tendit son seul bras libre vers le cavalier qui les hissa sur sa monture et les installa commodément entre ses bras.

Où allons-nous? Demanda la petite fille, enchantée d’admirer le désert qui les entourait, d’une si mouvante et impressionnante hauteur.

A quel endroit veux-tu aller? Quel est ton nom? Que fais-tu seule dans le désert?

Tu habites ici? -demanda Nathalie

Oui, j’habite là-bas, dans l’oasis, derrière ces dunes au loin, mais répond donc à mes questions.

Nathalie. Je suis Nathalie. Et elle, c’est Balkis. Je ne me souviens de rien d’autre; désolée!- répondit la petite fille- Et toi, comment t’appelles-tu?

– Ali-El-Cheikh- dit-il fièrement-. Tu seras mon invitée. Tous mes sujets te fêteront et te gâteront, car Dieu t’a mise sur mon chemin pour que je puisse t’aider.

– En quoi peux-tu m’aider? Aider serait-il ce qui te plaît le plus?

Oh! oui, y aurait-il quelque chose de plus beau? De plus grand? Y aurait-il une autre façon de se sentir vivant?

Oui- affirma la petite en riant.

Qu’y a-t-il de plus important?

Etre aidé, comme je le suis par toi par exemple,-exclama-t-elle.- N’aimes-tu pas qu’on t’aide?

Personne ne peut le faire- répondit, assombri, Ali El Cheikh.

Nathalie médita durant tout le reste du chemin, essayant de comprendre.

Pourquoi?- lança-t-elle en devisant le campement- Serais-tu gravement malade? N’y aurait-il pas de médecins là où tu habites?

Mais Ali ne lui répondit pas. Déjà, ils étaient entourés d’une foule qui acclamait le retour de leur chef et de ses minuscules invitées a qui on offrit le lait et les dattes de l’hospitalité bédouine.

Bienvenu, oh Ali El Cheikh! notre chef bien aimé, fils glorieux et préféré de la Boa Sacrée!- clamaient les sujets de l’hôte de Nathalie, en s’inclinant sur son passage. Nathalie sentit un frisson sous la peau. Comment pourrait-il se faire qu’un aussi beau jeune homme fût le fils d’une boa, fusse-t-elle sacrée?

Merci- répondait Ali El Cheikh avec un sourire radieux, démenti par un regard mélancolique. Et, à Nathalie:- Allons tout d’abord saluer notre Reine, dame et maîtresse, la Royale Boa Sacrée. Et il freina sa monture face à une jeîma noire, brodée de fils d’argent, d’où se répandait un étrange relent que les senteurs de l’encens n’arrivaient pas à masquer. Nathalie, secouée d’arcades, parvint à vomir le lait et les dattes au seuil de la tente.

En plein centre de la ronde jeîma, sous une énorme cloche en cristal placée sur un dais recouvert de velours brodé d’or, une grosse, noire et repoussante boa terminait d’engloutir un rat poilu qu’on lui avait servi comme petit déjeuner. Nathalie vomit de nouveau avant d’être traînée dehors, sans égards, par un des sentinelles, indigné, chargé de garder l’entrée de l’étrange temple érigé à la gloire de la déesse locale.

Comme Ali El Cheikh s’éternisait sous la tente, la curiosité de Nathalie l’emporta sur sa répulsion. Elle se secoua d’entre les grosses mains qui la retenaient et se précipita à l’intérieur. Son ami Ali dissuada d’un signe ses ravisseurs qui prétendaient l’expulser. Nathalie se figea, comme transformée en statue de sel, captant l’étrange scène, de tous ses sens.

Ali, le fier Ali, Ali le lumineux, se prosternait devant la cloche de cristal, répondant: “Oui mère, ainsi sera-t-il fait, oh! mère bien-aimée” à la boa muette qui le fixait, balançant sa sale gueule en triangle inversé au-dessus de son corps enroulé et replet.

Lorsque Ali se retira à reculons, non sans de nombreuses prosternations préliminaires, Nathalie s’écarta vivement afin de ne pas être renversée par cette marche arrière précipitée. “Au fond, ce que mon ami ressent envers cette horrible bête, c’est une grande peur. C’est la raison pour laquelle il ne lui tourne jamais le dos. Ces révérences, ce respect, cet amour faux, c’est seulement cela: de la TERREUR. Ceci est sain. Mon ami ne va pas aussi mal qu’il en avait l’air”. Elle dirigea un pied de nez à l’idole locale, non sans s’assurer au préalable que celle-ci ne pouvait s’échapper de sous la lourde, quoique transparente cloche. Et elle détala à la poursuite de son ami.

Elle du beaucoup courir pour l’atteindre. Lorsqu’elle y arriva et tira de sa cape pour attirer son attention, elle ne pu que constater qu’Ali El Cheikh sursauta pour, en la voyant, se tranquilliser et lui sourire chaleureusement.

– Ah! c’est toi, où t’étais-tu donc fourrée?

– Ce serpent est muet -répondit Nathalie- Pourquoi lui disais-tu “Oui mère, ainsi en sera-t-il fait, mère bien-aimée”? Ce serpent n’est ni ne peut être ta mère. Tu es beau. Tu es humain. Elle est monstrueuse et horrible. C’est une bête. Tout ce que tu as de parfait, elle le possède en répulsif. Pourquoi procèdes-tu à ces rituels étranges?

– Tais-toi, petite écervelée, je t’interdis de blasphémer- chuchota son ami Ali en lui couvrant la bouche de sa main. Mais Nathalie, qui possédait le don de lire l’âme des gens en scrutant leurs prunelles, pût observer, pour la première fois dans le regard d’Ali El Cheikh une flambée de joie pure, elle pût “entendre », oui, entendre, jaillir de ces yeux remarquables, un “Alelouya” glorieux qu’elle le vit censurer d’immédiat en refermant ses paupières.

“Comme la joie lui sied! -pensa-t-elle-, il à l’air de n’être né que pour elle. Au fond, cet homme serait ce qu’il aurait toujours dû être, si seulement il pouvait s’autoriser à sentir sa peur face au danger et au mensonge; si seulement il pouvait permettre que sa joie explose. C’est cela l’ORDRE, Son Ordre.” Et elle perça ainsi le secret de celui qui prononça l’énigmatique sentence: “Personne ne peut m’aider…”

Elle parle dans ma tête. Je suis le seul à pouvoir l’entendre et à obéir à sa voix, c’est pour cela qu’on me dit son fils. Elle est sage, et m’oriente, et me permet de gouverner mon peuple avec amour et sagesse. Elle me donnait des conseils pour que l’amour et la justice guident les sentences que je prononcerai demain, car c’est jour de jugements. Je t’invite à assister à l’auguste cérémonie, petite écervelée, afin que tu puisses apprécier et respecter notre Reine et Maîtresse.

Ceci dit, Ali El Cheikh confia Nathalie à son gynécée où ses épouses la choyèrent à merveille et s’amusèrent avec une Balkis des plus excitées.

Le lendemain matin Nathalie, bien nourrie, bien baignée, massée d’huiles et d’essences précieuses, revêtue d’un caftan mauve brodé d’argent et de pierreries, ses cheveux rebelles nattés de fils d’or, se dirigea majestueusement, suivie d’une Balkis insouciante mais digne, vers le lieu où se célébraient les jugements du peuple.

Déjà, tous les habitants de la peuplade étaient à leurs postes, formant cercle autour de la haute estrade sur laquelle Ali El Cheikh, assis sur des coussins en soie et flanqué de sa garde d’honneur, se disposait à juger les litiges. Nathalie s’empressa de s’insérer dans le demi-cercle réservé aux femmes. Elles s’écartèrent pour lui permettre l’accès au premier rang.

Deux femmes se disputaient deux nouveaux nés. “Comme elles sont différentes entre elles!” -observa Nathalie- : La femme à gauche, était pale et silencieuse. Elle tremblait comme une feuille et fixait d’un regard amoureux et désespéré l’enfant splendide et rose qui s’agitait, tout nu, sur la cape en poil de chameau où on l’avait placé près d’un autre nouveau-né livide, raide, “Mort!”- comprit Nathalie, horrifiée.

La femme à droite, hurlait, gesticulait, l’oeil exorbité, dégageant de chacun de ses pores, haine et vengeance. Soigneusement maquillée, elle avait les yeux secs, fixes et brûlants comme des braises.

Les femmes qui entouraient Nathalie lui expliquèrent en chuchotant que ces deux femmes se disputaient le nouveau-né vivant; chacune d’elles prétendant qu’il était le leur, et le mort, celui de l’autre. Nathalie constata que les femmes qui l’entouraient sentaient, comme elle, que la femme pâle et tremblante située à gauche, était, sans nul doute, la mère véritable. La petite fille, confiante, chercha du regard en direction de l’estrade, le visage de son ami qu’elle perçut pâlir intensément. Il ferma les yeux, les rouvrit, et leva la main droite pour exiger silence. Tous se turent. Sauf la femme à droite qui hoquetait bruyamment.

– Ecoutez et entendez la voix de la sagesse! Celle de notre Reine la Boa Sacrée- cria Ali El Cheikh, mais sa voix tremblait- Moi, simple mortel déboussolé, je n’aurais pas su rendre une sentence juste sans la précieuse aide de mon auguste mère la Boa Sacrée. J’aurais, comme bien d’autres déboussolés, et déboussolées- ajouta-t-il en regardant sévèrement du coté des femmes-, ici présents, j’aurais donc décidé en faveur de la femme silencieuse, pâle et tremblante. Mais ma mère qui-tout-le-sait et jamais ne se trompe, veille à ce que la justice de Dieu guide mon esprit. C’est ainsi que, grâce à notre Reine, je suis en mesure d’interpréter les signes sans équivoque- ajouta-t-il d’une voix encore plus tremblante-, qui conduisent à la vérité. Et la voici: Cette femme, à gauche, est pâle, car les larmes versées sur son fils mort l’ont affaiblie; elle tremble, parce qu’elle a menti et elle craint ma justice; elle se tait, parce qu’elle sait que chaque mot pourrait la trahir. La femme à droite, par contre, crie parce qu’elle possède la vérité, ses yeux lancent des flammes haineuses car la haine, selon les révélations que m’a fait hier notre Reine Sacrée, est la plus haute expression de l’amour; elle est maquillée parce qu’elle a pu passer, tranquille et heureuse, la nuit près de son enfant vivant; et elle hoquète bruyamment d’une joie pure car elle sait que la Boa Sacrée, dans son infinie sagesse, ne me laissera pas me fourvoyer. Voyez-vous? Constatez comme elle s’affale, évanouie, la fausse mère! Voici le verdict de la Reine de tous les temps: que la femme à droite récupère et emporte son enfant vivant, et que, lorsqu’elle sera réanimée, la femme de gauche aille enterrer son enfant mort. Car, comme le dit toujours la Boa Sacrée: “le Nord sera toujours le Nord, le Sud sera toujours le Sud, l’Est sera toujours l’Est, et l’Ouest sera l’Ouest, même si les boussoles deviennent folles”.

– Attendez! Halte! Attendez! Ecoutez-moi, s’il vous plaît -cria Nathalie en se plaçant au centre du cercle avant d’en avoir pu être empêchée, près de l’enfant vivant qu’elle recueillit dans ses bras, à la grande joie de Balkis qui agitait sa queue touffue sur son arrière train-. J’ai des révélations secrètes à vous communiquer de la part de votre Reine Sacrée.

Un silence total s’installa lorsque la main d’Ali El Cheikh se leva pour empêcher sa garde de faire taire Nathalie.

Parle, mon enfant,-dit-il en riant pour la première fois- si tu es capable aussi d’écouter la voix de la Boa Sacrée, cela voudrait dire que toi aussi tu es sacrée. Il commençait à me peser, d’être fils unique -ajouta-t-il en riant de nouveau malgré le silence tendu et plein de crainte de ses sujets.

Ecoutez mon récit! – répondit, d’un ton entraînant Nathalie-. Je vais vous conter la création du monde et la mission sacrée assignée au serpent depuis lors.

Et Nathalie, d’une voix claire aux inflexions d’actrice consumée, raconta la création du monde, et celle d’Adan et d’Eve, et l’intervention du serpent qui les abusa, et la colère de Dieu, et l’expulsion du trio impie du Paradis.

Dans le silence tendu, certains commençaient à s’agiter, à marmonner, et à exiger qu’on expulse et exécute la coupable de blasphème. Mais Ali EL Cheikh leva une main autoritaire en exigeant silence. Et le silence se fit.

Continue!- ordonna-t-il sèchement à la petite.

Et bien, la Boa Sacrée m’a révélé hier le secret des secrets- Nathalie, avec art, baissa la voix- afin qu’à mon tour je vous le révèle- hurla-t-elle de façon théâtrale, ce qui accrocha l’attention fascinée de son auditoire-. Voici donc le secret: La Boa Sacrée, en son infinie sagesse, parle à l’envers à son fils préféré, qui est mon hôte et mon ami, pour que celui-ci traduise la divine volonté à ses sujets. A moi, qui ne suis qu’une petite fille encore inhabile dans le difficile art de la traduction, elle m’a parlé à l’endroit, et m’a donné des preuves pour que je vous les montre. Envoyez chercher la Boa sacrée et faites-la placer ici, au centre du cercle, sous sa belle cloche en cristal- ordonna Nathalie.

Ali EL Cheikh, ébloui, leva sa main gauche comme signal d’exécution et sa garde d’honneur s’empressa d’obéir.

En attendant l’arrivée de la Reine, j’ai, de sa part, une deuxième révélation à vous faire -Nathalie prononçait son discours d’une voix ferme et puissante-. La voici: ici, entre les personnes de la peuplade, il existe quelques êtres de la même nature que votre Sacrée Boa, ce sont ceux qui ont réclamé ma mort lorsque j’ai commencé à vous parler au nom de votre Reine.

Qu’ils se présentent et se placent au centre du cercle- ordonna Ali El Cheikh-. J’ignorais qu’il y eu entre mes sujets, des êtres d’aussi haut rang!

Flattés et fiers, les agitateurs se présentèrent au milieu du cercle.

Observez!- continua Nathalie- Ces êtres, c’est ainsi qu’il faut les appeler car ce ne sont pas des personnes comme nous -les agitateurs se sentirent encore plus fiers ‑ ressemblent à des serpents: leur corps ondule lorsqu’ils se déplacent, leur peau pue même s’ils se lavent maniaquement, leur visage affiche un sourire fixe et glacé qui à l’air de vouloir mordre, et leurs yeux regardent comme des dards qui congèlent le sang dans nos veines. De plus, avec leur oscillations pendulaires, ils réussissent à hypnotiser leur auditoire, et, tout comme elle, ils parlent à l’envers; observez: “Est-il vrai que vous auriez choisi la femme de droite comme la vraie mère de l’enfant vivant?”

C’est faux! -dirent-ils en choeur tout en hochant la tête de façon affirmative

Est-il vrai que la Boa Sacrée à prononcé exactement le même verdict que le vôtre?

C’est faux!- répétèrent-ils d’un ton fat en acquiesçant de la tête, et déjà, ils s’imaginaient vénérés de tous “leurs” sujets.

Voilà qui est parfait- continua Nathalie- et dites-moi, n’est-il pas vrai aussi que vous avez exigé ma mort?

C’est faux!- murmurèrent-ils d’une voix plus hésitante, car ils commençaient à se méfier, mais comme ils n’étaient pas intelligents, ils continuèrent à sourire d’un air fat.

La confrontation fut interrompue par l’arrivée en grande pompe de la Boa Sacrée, portée par dix gardes tremblants, placée sur son dais violet, sous sa cloche en cristal. L’attention de l’auditoire atteignit son paroxysme. Le silence était si dense que Nathalie craignit qu’on pût entendre les battements affolés de son coeur. ” Dieu! Père! Aide-moi” implora-t-elle en silence, fixant le ciel.

– Est-ce vrai que la Boa Sacrée termine toutes ses sentences en affirmant que le Nord sera toujours le nord, que le Sud sera toujours le Sud, que l’Est sera toujours l’Est et que l’Ouest sera toujours l’Ouest même si la boussole devenait folle?

– C’est vrai!- clama la peuplade, à l’exception de ses acolytes placés au centre qui crièrent haut et fort: “c’est faux!”

Et bien! regardez donc! regardez de vos propres yeux!- et, s’adressant au serpent et aux êtres de sa même nature- dites-nous, Où se trouve le Nord?

La foule, horrifiée, pu constater que la Boa, imitée par tous ses fils signalaient, tous, le Sud.

Où est le Sud- demanda Ali El Cheikh -et eux, tous, indiquèrent le Nord.

Où est l’Est?- interrogea, folle de joie, Nathalie.

Et eux, tous, indiquèrent l’Ouest.

Et où est donc l’Ouest? – s’enquit, plein d’espoir, Ali.

Et eux, tous, montrèrent l’Est.

Et maintenant, dites nous, qui est la vraie mère du bébé vivant?

Et eux, tous, signalèrent la femme à droite.

Et qui n’est pas la vraie mère? -les yeux d’Ali pétillaient d’allégresse-.

Et eux, tous, désignèrent la femme à gauche.

Alors Nathalie déposa dans les bras de la mère authentique, qui était déjà remise de son évanouissement, le nourrisson vivant. La femme tomba à genoux, et après s’être assurée de son bonheur dans la contemplation du sourire bénévole d’Ali El Cheikh, elle baisa, pleurant de joie, les mains de Nathalie.

Attendez! -cria Nathalie au peuple réuni,- le serpent -et elle omit “sacré”- a d’autres révélations à vous faire.

Continue! -ordonna, épanoui, Ali El Cheikh.

Qui est l’esprit de la vérité?- Demanda Nathalie.

Et le serpent pointa son horrible face sur elle-même et vers les agitateurs, tous, comme elle, esprits du mensonge.

Et qui est le plus mauvais, le moins digne de régner ici s’il décidait dire les paroles de son propre coeur?

Et le serpent dirigea son horrible face vers Ali El Cheikh. Tous ses sujets, excepté les fils du serpent, acclamèrent leur chef.

C’est alors que quelques enfants courageux, imités par les plus justiciers d’entre les adultes, commencèrent à lapider les agitateurs qui prirent la fuite, paniqués, démasqués, tandis que le restant de la peuplade hissaient Nathalie sur leurs épaules et allaient baiser les mains tremblantes d’Ali El Cheikh.

A la tombée de la nuit du jour le plus long vécu par la peuplade nomade (tous les jugements prononcés antérieurement furent, en fait, revus et corrigés par Ali El Cheikh, sûr de lui, qui n’avait plus, désormais, qu’à écouter son propre coeur pour rendre justice), Nathalie retrouva son hôte, épuisé et délivré.

Merci, petit ange,- lui dit tendrement Ali El Cheikh- merci d’avoir su m’aider. Allah t’a envoyée pour me rendre la vie et la lucidité, lorsque j’allai au désert ce matin là, clamer la mort. En gage de ma reconnaissance, je t’offre la moitié de tous mes biens, qui sont nombreux et précieux, et te nomme également ma conseillère privée.

De rien -répondit Nathalie-. Non, merci, je n’accepte pas ta généreuse invitation.

Pourquoi? Voudrais-tu par hasard, et s’il en et ainsi, ils sont à toi, la totalité de mes biens et mon rang de chef?

Oh! non! je ne pense accepter aucun des nombreux cadeaux qui m’ont été offerts ici, sauf, si tu le permets, ce petit coffret en argent, et ce beau caftan que m’ont offert tes épouses.

Nathalie, amie bien-aimée, je t’en prie, ne brise pas mon coeur en partant. Nous avons tous besoin de toi; car nous risquons, tous, de nous égarer à nouveau. Qu’en sera-t-il de nous sans toi?

Alors, durant une minute éternelle, Nathalie se sentit tentée d’accepter. Et si vraiment ils s’égaraient à nouveau? Et si vraiment ils se remettaient à prêter l’oreille, une fois partie, à la voix de l’esprit du mensonge, celle du serpent et de ses rejetons? Et si Ali El Cheikh avait raison de penser qu’il n’existe rien de plus sacré que la capacité de sauver autrui?

Ali vit pâlir le visage de Nathalie, il vit ses épaules se voûter, son visage acquérir cet air si familier, celui de son propre visage, avec ses yeux immenses qui s’étiraient, son sourire triste, son visage triangulaire où se traçaient deux sillons qui dévalaient de ses narines jusqu’aux commissures des lèvres… Mais, une minute plus tard, le visage radieux et espiègle de sa jeune amie providentielle, réapparut. Ses yeux s’arrondirent et s’illuminèrent de joie, son sourire se refit, franc et généreux, ses sourcils se défronçaient et s’arquaient. Et Nathalie dit, d’une voix claire et ferme:

Non! je m’en vais. J’ai mon propre chemin à parcourir. Lui, n’est pas ici ni ne viendra. Tu possèdes à l’intérieur de toi un ORDRE parfait, à image et ressemblance de celui de notre Créateur. Ecoute, et donne lui priorité sur tout le reste, ta propre source de génialité, et édifie ta vie sur elle, tout comme j’ai bâti ma vie sur la mienne. De cette façon, tu accéderas, aussi, à ce qui est, d’ailleurs, le plus précieux pour nous deux: la joie sereine de la certitude d’être dans l’ordre de l’humain.

Quel est donc cette source de génialité, qu’à t’entendre, nous possèderions en commun? -demanda, intrigué et flatté, Ali El Cheikh-.

La CRAINTE. La peur d’écouter et de suivre la voix mensongère du serpent et de permettre ainsi que notre boussole intérieure devienne folle.

La crainte! -s’exclama Ali- je ne veux pas avoir peur! ma meilleur qualité est mon courage, ma témérité. Je ne suis pas un lâche, femme!, je ne suis pas une femme!

Un lâche, c’est celui qui ne craint pas de trahir l’ORDRE DE DIEU afin d’être approuvé par les fils du serpent. Un héros, c’est celui qui n’écoute pas la voix du mensonge, du désordre, du chaos, du néant, et qui lui fait face. Un lâche, c’est celui, ou celle -ajouta-t­elle clignant un oeil espiègle-, qui se soumet à l’esprit même du mensonge et lui permet de parler par sa propre bouche.

Ali El Cheikh se plongea dans le silence. Mi-grognon, mi-alerté, il regarda son amie.

-Que feras-tu d’elle? -demanda Nathalie en montrant du doigt la boa que tous paraissaient avoir oublié.

Que dois-je en faire? -interrogea Ali El Cheikh parcouru de longs frissons.

Ecoute ta peau, c’est ta meilleurs amie,- répondit Nathalie- Et maintenant -décida-t­elle en se redressant-, je vais me coucher, j’ai un long chemin à parcourir demain – et elle tendit, cérémonieuse, la main à son ami, qui la lui baisa.

En chemin du gynécée, Nathalie sentit quelque chose se mouvoir au dessus de sa chevelure nattée.

Intriguée, elle leva les yeux et vit des milliers d’étoiles s’agiter dans le ciel violet avec un tintement cristallin de clochettes. C’était le rire de Dieu, auquel elle fit écho d’un éclat de rire.”

-o-o-o-o-o-o-

La dynamique triangulaire ou le cheminement des essences

garza-oleo-100-x100-cm.jpg

J´ai toujours fonctionné dans ces triangles, et comme cela n´avait pas de relation avec la séquence des émotions MAT (Oméga) ni avec les trois Axes, je croyais à une pathologie personnelle qu´il me coûtait beaucoup de vaincre, et que lorsque j´y arrivais, je me sentais dépouillée de que j´appelais « mon style ». Jusqu´au moment où j´arrivais, après la perte de la typologie, à conquérir l´Étoile Primigène et les Faisceaux Centrants et découvris alors que ce cheminement correspondait à la démarche des essences. Ma façon de faire face au monde a toujours été comme ceci :

Je démarre de la joie, de l´optimisme et je vérifie à continuation s´il existe de la sécurité ou bien s´il y a des raisons de crainte.

Pour ce faire, je montre un mensonge que l´autre a avalé sans se rendre compte. Si, lorsque je connais quelqu´un , celui-ci m´aide a percevoir un mensonge ou une tromperie dans lesquels je vivais, je sens immédiatement de l´amour et de la gratitude envers mon bienfaiteur. Si l´autre, après lui avoir révélé ces pièges, me valorise plus qu´avant, je me livre et j´aime. C´est ce que j´ai toujours appelé « vérifier la résistance des matériaux », en donnant un léger coup de marteau.

Ensuite je vois ce qui cloche, je perçois l´aide dont l´autre et moi-même aurions besoin pour faire équipe. Si je ne trouve pas cette aide (ce qui hélas arrive trop fréquemment), je passe directement à la fierté et me dis « je peux y arriver toute seule ». Si je trouve du dialogue et de l´esprit d´équipe, j´affirme la fierté de l´autre, et lui dévoile l´essence même de son être et donnant des stimulus à son talent, à sa vocation et à ses émotions originaires, en cet ordre croissant. Si on ne m´applaudit pas ma fierté, c´est moi qui me charge de le faire, ce qui peut être choquant pour les nécrophiles.

Ensuite je donne libre cours à ma création et je salue et reconnais n´importe quelle création d´autrui. Je suis enchantée de voir ainsi tout se transformer grâce à ce style de relation. Ainsi la métamorphose se fait certitude et vie, ce qui fait alors éclater une joie qui pousse à chaque fois.

Ensuite je pénètre dans les desseins de la Création en Ordre à travers mon propre cheminement et retourne chargée de vérités. Et la joie de la certitude d´être en train de me rapprocher jour après jour à ce que je suis née pour être me donne plus de certitudes, me rend courageuse et souriante. Le problème chez moi c´est que j´offrais le triangle qui ancre à l´autre et que je me contentais de celui qui élève, pour ensuite offrir ses fruits à l´être que j´avais moi-même ancré. Ce n´est pas étonnant que mon corps protestait en amassant quelques kilos en trop et avec du lumbago qui révélait le poids dont je me chargeais. Alors je découvris que chaque être humain est né avec ses deux triangles et que tous deux, les miens, n´étaient que pour moi.

Et comment est la relation des deux triangles personnels avec ce qui nous dépasse ? Ceci est simple en vérité :

On doit partie de la SÉCURITÉ ABSOLUE : tout ce qui vient de son talent est plus parfait que nous. Et la seule peur à avoir est de le perdre en privilégiant la typologie personnelle. Ce qui nous paraît étrange ou bizarre chez l´autre doit être interprété tout d´abord comme une erreur en nous même, jamais chez l´autre. Pour corriger ces erreurs nôtres nous devons chercher les mensonges que nous avons préalablement avalé. Et nous devons alors sentir :

De la colère contre ces mensonges, et jamais contre celui qui nous les révèle. Il n´est pas de mise non plus de sentir de la colère contre nous, car cette « culpabilité » amène toujours des excuses pour les plus mauvais. Si quelqu´un de meilleur et de plus grandi que nous nous réclame quelque chose de trompeur ou nous rend responsable de quelque méfait, nous devons immédiatement répondre avec gratitude, c´est à dire, avec amour. Lorsque nous sommes arrivés a déraciner ce mensonge en nous-même, nous devons nous aimer et nous donner des attentions. Alors nous nous trouverons totalement ancrés à la vie. C´est notre dimension féminine intérieure.

Ensuite arrive le moment de méditer, de penser, de tirer des enseignements pour nous et pour les autres, enseignements alors immortels puisque nous faisons reculer la mort. Alors nous les communiquons, en approfondissant en eux, afin de détecter plus d´erreurs et plus de pertes de temps, donc de vie. Alors nous localisons un toit en nous et nous nous proposons de casser ce toit afin de croître plus.

Ainsi, organiquement, naît la fierté véritable, transformatrice et l´éternelle métamorphose. Et aucune peur ne se montre, quelque soit l´effort à faire ni les démons intérieurs à vaincre. Car dès lors, si nous perdons quelque chose ou quelqu´un, il faut le célébrer, car ce quelque chose ou ce quelqu´un nous voulait à moitié morts, c´est à dire cultivant la mort en nous. Et, en croissant, nous découvrons chaque fois de plus haut la vérité la plus vraie de ce monde : croître et être est un plaisir et un privilège et c´est de surcroît la porte d´accès au dessein de la Création, car elle nous à fait parfaits, et, plus nous serons parfaits, plus nous nous fusionnerons avec cet être que nous sommes, dual, féminin et masculin en équilibre, et avec ce qui nous dépasse, car celui qui nous dépasse vraiment sera toujours heureux de notre croissance, car elle nous situe chaque fois plus près de notre être, plus près de notre essence.

Alors et enfin, naît la captation de vérités cachées aux plus lâches, aux plus avares, à ceux qui sentent du vertige dès qu´ils grimpent sur un tabouret. Alors éclate la joie, et après elle, naît le rire devant le mal, cet insensé gratuit et fat qui ne fait qu´endommager ceux qui optent pour lui. Ainsi nous nous élevons sur les traces que notre être nous a laissé pour le retrouver : c´est ma définition d´essence. C´est notre dimension masculine intérieure.

Dès lors naît plus de sécurité et nous nous préparons à nouveau à nous ancrer depuis une hauteur supérieure et avec des racines plus profondes. Ainsi nous arrivons, d´ancrage en ancrage, d´élévation en élévation, par atteindre plus de ciel, traversant la terre de nos racines et l´élevant. Comme ceci, nous nous rendons civilisateurs à la fois que nous descendons plus de ciel sur cette terre et nous le mettons à la portée de toute personne qui trouve sensé et naturel de fonctionner ainsi. Comme ceci, nous passons à devenir pacificateurs. Ceci est le cheminement des essences.

-o-o-o-o-o-o-

L´accouchement de la vérité à travers l´art

CUADRO AL ÓLEO DE PRECIADA AZANCOT

Le MAT apporte à la création artistique et à l´innovation scientifique civilisatrice trois découvertes essentielles : la structure en mouvement, responsable de la création ; la dimension duale féminine masculine chez tous les humains évolués et créateurs ou Étoile Primigène et le Radiant Unificateur, qui est la transition nécessaire entre la création humaine et la spiritualité. Etant la première, essence nécessaire de la seconde.

Présentons la structure MAT qui gère la création et l´innovation, en mouvement : Nous l´appelons le Transformateur, alimenté para la fierté authentique, émotion unique qui est responsable de la transformation à travers l´art, la création de soi-même (c´est à dire de la croissance) de l´innovation et de ses découvertes. Son sens relié est le goût. Le Transformateur répond à tous les pourquoi et causalités. C´est la raison pour laquelle nous invertirons l´ordre de la présentation, présentant d´abord le pourquoi de la création avant de montrer le comment elle fonctionne. Lorsque le Transformateur est alimenté par n´importe quelle autre émotion, la création se fait cliché, mimétique, prétentieuse, narcissiste et profanatrice. La fonction basique de la fierté est le statut, sa fonction élevée est la métamorphose et sa fonction transcendante est l´Éternité. Nous la définissons comme LE JAMAIS DIFFÉRENT.

Le système MAT de Statut :

status.jpg

Ici aussi la séquence est l´essentiel : un génie va du pas 1 au pas 6, et termine en amour, se la jouant pour la vérité. Un égolâtre va du pas 6 au pas 1 et termine en rage jalouse et régressive contre tout ce qui le dépasse, termine en guerre contre tout ce qui ne soit pas son propre égo, pathétiquement divinisé.

L´Étoile Primigène : est une mégastructure qui se conquiert après un très long processus de croissance et qui signifie l´intégration duale de notre géniale identité intérieure masculine et féminine, unifiées et équilibrées. C´est ainsi que l´archange est aussi de ce monde. Ce qui est le plus significatif est que l´identité féminine contemple trois dimensions : harmonie (crainte), justice et corporalité (colère) et âme et appartenance (amour). Ce qui fais écrouler le mythe macho qui voit la colère comme ce qui propre aux hommes. La dimension masculine contient et unit le développement et la clarté (tristesse), le statut et la métamorphose (fierté) et la plénitude et l´esprit (joie). Ceci fait s´écrouler le mythe féministe qui voit la tristesse comme manque de virilité alarmante. Nous vérifierons que toute femme authentique mise sur le développement de sa propre dimension masculine et que tout homme véritable mise sur sa propre dimension féminine. Le mythe du Yin et du Yang tombe donc de son propre poids. Il en va de même de toute vision sexiste qui divise le monde en sexes opposés, rancuniers, livrés à une guerre stérile et sans fin.

Le Radiant Unificateur : Dont nous montrons le diagramme, est le tout premier contact structurel et biologique avec le Centre Vide et représente la parfaite transition entre la fierté créatrice –et même la génialité artistique- et la spiritualité. Ici, l´être humain se transforme en authentique CIVILISATEUR planétaire, car il crée de l´harmonie et sème de l´évolution.

EL RADIO UNIFICADOR

Le processus d´un être ainsi d´évolué est, de façon permanente : certitude-obéissance à la nécessité d´évacuer le Centre ; peur de perdre la vérité-obéissance serein au Centre Vide ; tristesse de ce qui est encore ignoré-obéissance patiente au Centre Vide ; colère contre les mensonges-obéissance radicale au Centre Vide : fierté d´être meilleur- obéissance absolue au Centre Vide, amour de la Création-obéissance amoureuse au Centre Vide ; joie de trouver plus de vérité-obéissance reconnaissante au Centre Vide. C´est cette démarche qui sacralise la vie comme un continu et qui garantit l´immense humilité et disponibilité des êtres humains authentiquement grands.

-o-o-o-o-o-o-

TROUVER DES VÉRITÉS A TRAVERS LA SCIENCE

La science est l´essence de l´art et la quintessence de la spiritualité. De cette sorte, le monde serait mis à l´endroit car aucun délire ni aucune laideur de pourrait s´infiltrer.

img_0899.jpg

Mais quand la science part de la croyance ou préjugé dogmatique qui nie la valeur et le ferment de la certitude de trouver des vérités comme définition même de la spiritualité et ne s´occupe que de situer son faux statut de « pensée purement rationnelle »en niant la recherche de finalité comme but ultime de la science, elle tombe dans la nécrophilie.

Quand l´art se voue à une fuite en avant, coupée de sa fonction essentielle de trouver l´essence de l´être, de croître dans l´ordre de la Création, qui est parfait et d´une beauté absolue, et reproduit le désarroi d´un monde qui nie le génie parce qu´il le craint et projette sur lui sa propre schyzophrénie coupée du courage et de la dignité de vouloir être ce que l´on EST et de fluer avec la vie, il tombe dans le mimétisme mercantiliste et sclérosé et devient pierre vulgaire et périssable et non philosophale.

Lorsque la spiritualité profonde brille par son absence et s´égosille à appeler « Dieu » des mythes et archétypes qui nous castrent et soumettent notre esprit en nous ajoutant des épreuves sans fin et en exilant la plénitude dans un ciel vidé et en recul, elle tombe dans l´obscurantisme, dans la sorcellerie et dans la magie hystérique qui sacralise la psychopathie. Alors nous pourrons dire que la société est très malade. Et que l´être humain est très seul.

Comme nous cherchons et rachetons les origines, nous pouvons trouver ceux de la pensée moderne en Socrate, père de l´art, en Platon, père de la spiritualité et en Aristote, père de la science. Et tout irait bien si nous ne nous étions pas éloignés de la nécessité d´être authentiques, libres et solidaires. Parce que nous aurions trouvé les sept dimensions de l´humain, ses finalités évidentes et ses lois de fonctionnement précises et précieuses, il y a déjà 25 siècles. Mais il n´est jamais trop tard pour repartir d´un pied ferme depuis une vision scientifique de la complexité humaine qui ouvre deux univers d´accès a plus de vérité : l´une artistique, surgissant de la science comme de son unique essence, pour après, de la création artistique, passer à l´univers mesurable, transmissible et universel, c´est à dire hautement scientifique, de la spiritualité pleine. Ce saut quantique dans l´évolution de la pensée pourrait aujourd´hui redémarrer avec le MAT, Métamodèle d´Analyse Transformationnelle.

Expérimenté sur plus de 60.000 cas avec totale succès, durant 22 ans de volontaire et exigeante recherche, le MAT voit officiellement le jour, bien qu´il ait déjà 22ans d´acceptation dans de prestigieuses entreprises nationales et multinationales et des centaines d´évaluations enthousiastes de directeurs d´entreprises. Le MAT est l´ingénierie émotionnelle et sensorielle de la structure septidimensionnelle humaine. Et a déjà 15 livres publiés.

Le MAT démontre que la structure humaine n´est pas quatridimensionnelle comme on le croyait depuis les Grecs anciens –air, terre, feu, eau-, non. La structure humaine est septidimensionnelle. Chaque dimension correspond à une structure dont la fonction est de nous rendre capables d´assumer nos sept nécessités vitales, indispensables à la vie. Celles-ci sont, contrairement à se que dit Abraham Maslow, innés et au nombre de sept et non pas apprises et au nombre de quatre (sécurité, appartenance, statut et autorréalisation) . En plus, elles sont installées dans notre ingénierie fonctionnelle innée, dans un ordre et séquence très précis, d´origine foetale. Ces nécessités et fonctions sont, dans cet ordre : sécurité, développement, justice, statut en transformation, appartenance, plénitude, au service d´un Centre vide de toute présence concevable.

Le MAT montre que les émotions humaines ne sont pas des états d´âme incontrôlables et capricieux, non. Les émotions authentiques sont les uniques sources d´énergie innées, hautement spécialisées, capables de mettre à fonctionner notre structure. Les émotions sont donc six et, dans cet ordre : crainte, tristesse, colère, fierté, amour et joie pour la radicale et absolue vacuité du Centre. La crainte est la responsable de la sécurité, la tristesse du développement, la colère de la justice, la fierté du statut et de la transformation, l´amour de l´appartenance et la joie de la plénitude. La vacuité du Centre est notre seule garantie d´être et de grandir dans l´ordre du crée et de l´évolué.

Les émotions authentiques sont seulement celles qui correspondent en qualité, intensité et durée aux stimulus qui les provoquent. Les stimulus sont capturés par nos sens, eux aussi hautement spécialisés, et qui sont dans cet ordre précis : tact, ouie, odorat, goût, vue et sexe, chacun rattaché à sa respective émotion et structure.Le MAT définit chaque émotion authentique en séquence de cette manière :

– Crainte: c´est la capacité innée de percevoir les menaces à notre intégrité ou à celle des autres. Elle est responsable de la sécurité.

– Tristesse: c´est la capacité innée de percevoir les pertes temporaires ou définitives de ce qui est valable. Elle garantit le développement.

Colère: c´est la capacité innée de percevoir les mensonges, agressions et manipulations. Elle nous apporte la justice.

Fierté: c´est la capacité innée de créer et de (se) transformer à travers la croissance. Elle garantit le statut.

– Amour: c´est la capacité innée de créer un espace sûr où chacun peut récupérer ce qu´il a perdu et préserver ce qu´il a gardé et, ainsi peut devenir ce qu´il est né pour être : lui-même. Il nous donne l´appartenance.

Joie: c´est la capacité innée de fluer en liberté, de trouver des vérités et de se délester de poids morts. Elle nous garantit la plénitude.

Lorsque chaque émotion alimente sa propre structure et se connecte à son propre sens, nous fonctionnons à la perfection et notre santé physique et psychique est garantie. La barrière principale à ce fonctionnement correct est ce déséquilibre inné de notre ingénierie de fonctionnement que le MAT baptise : typologie de personnalité. Il existe six typologies innées correspondant a six équations émotionnelles bien précises qui correspondent à des lois inéluctables que le MAT découvre et qui sont la conséquence de l´émotion dominante de notre mère pendant notre gestation. Cette émotion dominante produit un déséquilibre répété dans le fœtus.

La typologie de personnalité MAT se définit par un émotion dominante (compétence de l´enfant) qui correspond à l´émotion en séquence –celle que nous venons d´énoncer dans les définitions- qui suit la dominante de la mère durant sa grossesse ; une émotion forte (talent de l´enfant) qui correspond à celle opposée dans les Axes à celle dominante maternelle –sauf dans deux des six cas, où pour des raisons de lois parfaites qui évitent la tentation de l´option sociopathe, c´est la même que celle dominante de la mère- ; et une émotion vocationnelle spiritualisée (vocation de l´enfant) qui est toujours celle qui suit en séquence la dominante de l´enfant. Voir, pour détails et explications, le livre la Splendeur de l´humain ( en espagnol) ou Le point zéro : MAT. (en français). Ce qui est le plus grave de cette prison qu´est la typologie, c´est que lorsque nous y sommes enfermés, le Centre est occupé par un archétype typologique très toxique qui égare notre libre et libertaire spiritualité et nous situe dans un fonctionnement vicié.

Appliqué au thème qui nous occupe, l´apport du MAT à la science est triple :

La première est la découverte de la structure précise responsable de la pensée scientifique et son fonctionnement : le Synthétiseur, alimenté par son énergie naturelle, la tristesse et liée à son sen, l´ouie. Ses habilités alors, en séquence correcte sont, pour atteindre sa fonction de base, le développement :

1- Sélectionner, classifier, archiver, actualiser, connecter, lier.

2- Percevoir ce qui est mort, percevoir ce qui est malade, percevoir les pertes et fluctuations.

3- Trouver des solutions, trouver des options, les développer.

4- Négocier, communiquer.

5- Mettre en relation, calculer les coûts, processer.

6- Penser, mémoriser, chercher plus loin.

L´inversion de cette séquence nous situe dans la terreur de la nécrophilie. Une intelligence scientifique va du pas 1 au 6 et termine dans le rejet des clichés ou du répétitif, même si cela dérange son égo. Car un scientifique est, avant tout, HONNÊTE.

Aussi, un être intelligent est celui capable, non seulement de trouver des solutions aux problèmes, mais encore de guérir leurs causes, c´est cela le développement. Outre cela, il découvre alors que la fonction supérieure du Synthétiseur est la clarté (ou omniscience) et sa fonction transcendante fait reculer les limites du périssable et est l´immortalité que le MAT définit comme « le toujours disponible ».

Le deuxième apport du MAT à la science est la séquence émotionnelle d´origine fœtale qui nous installe dans les véritables motivations humaines et s´appelle de façon MAT : LA THÉORIE OMÉGA. C´est une intéressante alternative à la pyramide Maslow. Nous la formulerons ainsi :

omegafrances.jpg

La THEORIE OMEGA est un programme de reconstruction humaine et organisationnelle en six phases consécutives que l’on peut réaliser avec son instrument, le MAT

-PREMIERE PHASE: L’ELIMINATION DES FACTEURS DE CRAINTE: L´ACCÈS À LA SECURITE: A travers l’apprentissage des typologies de personnalité, l’être humain atteint une sécurité stable car il se connaît mieux, et connaît ses semblables, pouvant ainsi sélectionner les meilleurs et éviter les plus toxiques. De même, en connaissant les véritables motivations universelles de l’être humain, il peut atténuer les marges d’incertitude de ses choix et de ses projets. L’apprentissage, enfin, du fonctionnement correct de l’ingénierie de la structure humaine, et des graves conséquences de son dysfonctionnement sur le plan de la santé, lui permettront d’accéder à la possibilité de mieux se soigner et d’éviter des maladies à haut risque.

Sur la base de cette véritable sécurité d´avoir été choisi pour ce que nous sommes réellement, et de nous entourer de personnes diagnostiquées et élus sur les mêmes bases, il peut y avoir un dépliement des potentiels. Et ceci s´appelle développement.

-DEUXIEME PHASE: L’ÉLIMINATION DES FACTEURS DE TRISTESSE: LE DEVELOPPEMENT. La connaissance des potentiels de génialité et de vocation, chez soi et chez chacun des autres, conduit à la découverte d’un système de communication unique au monde. A travers l’apprentissage de sept “langages” typologiques, capables de mobiliser ce qu´il y a de meilleur dans chaque membre de l’organisation, ainsi que de protéger les zones de douleur et de faiblesse, on cessera d’être un prédateur pour devenir un agent de développement de toute la capacité réelle installée. Ce nouveau chapitre apporte la suppression des causes réelles de tristesse, car tout ce qui aurait pu fleurir et a séché, tout ce qui aurait pu être su est a été ignoré, tout ce qu´il y aurait pu avoir et s´est perdu, est une cause de tristesse objective, dès lors supprimée.

¿Que peut-on désirer de plus que de ne pas laisser se perdre le vivant et le potentiel ? La motivation naturelle et organique est alors de savoir comment pousser le toit du possible humain quotidien, de façon a croître dans toute la mesure du possible, sans porter atteinte aux droits d´autrui, en toute équité. Et ceci se nomme justice.

-TROISIEME PHASE: L’ELIMINATION DES MOTIFS DE COLERE: LA JUSTICE. A ce stade de l’apprentissage, il se révèlera que la justice est loin d’être une affaire individuelle, et que, pour la garantir, il est nécessaire de créer une culture collective qui soit capable de mobiliser ce qu’il y a de meilleur chez l’être humain et de faire détester ses pulsions destructrices. Pour cela, il est nécessaire de s’initier au diagnostique MAT de la personnalité de l’organisation et de découvrir les potentiels de génialité ainsi que les faiblesses structurelles de l´organisation et le moyen de les rendre invulnérables. Sur 43 possibilités qui résument les systèmes d’action de base possibles, il s’agira de choisir une seule : la seule culture de connexion capable de récupérer la totalité du potentiel collectif et de garantir la floraison individuelle. Ce Plan de transformation culturelle aura ainsi la vertu de réunir l’unanimité des volontés, car chacun y travaillera sur son propre épanouissement, dans la joie des certitudes. De plus, le modèle de gestion MAT propose de cultiver le meilleur de soi sur deux axes : en abscisse, le talent et, en ordonnée, la vocation. Les six typologies en phase de connexion sont, dès lors, ces modèles intériorisés relatifs, tous valables et tous puissants.

Comme dès lors règne la culture qui montre, guide et témoigne de la mesure du possible humain, la motivation suivante et organique sera de conquérir l´identité du soi profond, unique et différent. Et ceci, qui dignifie et va au-delà du simple talent et de la simple vocation typologique, et trouve l´unicité de chacun, s´appelle statut.

-QUATRIEME PHASE: LA CONQUETE DE L’IDENTITE: LE STATUT. Apprendre à admirer ce qui nous dépasse, apprendre à applaudir la différence et la profonde particularité essentielle qui se révèle en chacun, apprendre à ne pas être compétitif, apprendre à ne pas pénaliser les génies et à les aimer par dessus tous les autres, paraît être très difficile à l’être humain, car notre planète est de typologie Constructrice. La fierté est la seule émotion qui nous différencie du reste de la création animale, végétale et minérale. Il est donc essentiel d’apprendre à la connaître et à l’apprécier à sa juste valeur afin de devenir des créateurs et des innovateurs CIVILISATEURS.

Connaître la personnalité nationale profonde, décisive et cachée, peut devenir l’occasion de découvrir pleinement l’identité personnelle profonde, de valoriser les propres racines, de se lancer un grand défi: comment faire de notre pays tout ce qu’il peut être? Comment construire pour nos descendants un pays de justes et de créateurs géniaux? Tous découvriront qu’en seulement quatre jours, avec le MAT, il est possible d’élaborer un Plan de Relancement National, plus intelligent, plus complet, et plus simple car essentiel, que ceux des politiciens, et qui sera suivi, défendu et admiré par tous les citoyens.

En outre, la Metaméthodologie MAT de l´innovation et de la création, unique au monde, est une école et pépinières de génies et d´innovateurs et démontre que la grandeur est objective et non plus subjective et peut être l´objet d´une série de méthodologies de grandeur croissante et extrêmement logiques, traçant ainsi un pont avec le passé socratique et pré-socratique.

Et lorsque chacun a découvert et reconnu son être authentique et se dispose à se dépasser de façon continue, arrive le moment organique de se poser la question sur le don de soi, la capacité et l´élan de s´offrir à autrui en toute confiance et sécurité. Ceci se nomme appartenance.

-CINQUIEME PHASE: LA CONQUETE DE L’AMOUR : L´APPARTENANCE:. Il existe un système d’appartenance MAT, capable de nous rendre à la fois parfaitement solidaires avec tous les êtres humains et aussi, fermes et solides comme des rocs fouettés par les vagues. Un système qui ressemble au flux et au reflux de la mer. Un système qui éloigne de nous tous ceux qui ne méritent pas notre attachement et qui rapproche les meilleurs et les plus engagés. Découvrir ce système passe par la connaissance de notre inconscient collectif personnel. Le MAT offre les sept scénarios type refoulés dans l´inconscient avant l´âge de trois ans, et qui retracent, dans un chemin d´amour initiatique, les raisons traumatiques pour lesquelles nous avons pris si tôt la dramatique décision de débrancher notre véritable talent et de renoncer à notre vocation pour être acceptés et intégrés par notre entourage adulte. Et montre comment re-décider et pardonner à jamais. Ainsi pouvons-nous mériter et conserver l´amour des meilleurs et nous mieux aimer.

Et lorsque nous avons pu plonger en toute sécurité jusqu`aux racines de la mémoire d´enfance, et que nous avons pu ainsi récupérer ce qui nous semblait perdu à jamais, et que l´on récupère multiplié, car nous avons su aimer mieux que ce que nous le fumes et nous savons pardonner, nous pouvons dés lors nous interroger sur la finalité de la vie et de notre existence sur cette terre, en poursuivant fermement ce que nous croyons notre droit à l´entière auto-réalisation. Et ceci se nomme plénitude.

-SIXIEME PHASE: LA CONQUETE DE LA JOIE : LA PLENITUDE. Arriver à conquérir la paix, non pas par renoncements, mais par la plénitude et la transcendance, est le but final à atteindre sur la base des cinq conquêtes antérieures. L’essence de l’être humain est spirituelle, car son âme a été créée pour la fusion avec l’éternité et son esprit pour trouver la vérité. Seulement, voilà, les intermédiaires assoiffés de pouvoir et d’idolâtrie se sont chargé de créer des religions qui, au lieu de rapprocher et d’unir l’homme à sa plénitude, l’en ont éloigné. Or, l’analyse des six religions révélées, montre que, bien qu´issues de génies universels, chacune d’elles à été séquestrée par un clan rigide et hostile à son propre créateur, et représente le cadenas d´une des six prisons typologiques. Sortir de toutes ces prisons et découvrir le contact direct avec la propre spiritualité est le but de cette dernière phase de construction. Cet ordre naturel que le MAT présente et qui existe en chacun, est, tous en feront l’expérience directe non médiatisée, relié à un esprit vivant et renouvelé, lavé, qui nous rend la plénitude dans l’indépendance iconoclaste. Un esprit dont la seule vraie fonction est de trouver des vérités. La véritable autonomie s’acquiert alors, et, avec elle, la joie des certitudes d’être en train de construire un ordre naturel et universel, à la portée de tous les humains.

Et c´est dès lors, avec les sens comblés sur les finalités humaines, ayant trouvé avec plus de certitude plus de vérité, que l´on peut non seulement se sentir en sécurité, mais découvrir la véritable fonction de la sécurité : l´harmonie. Telle est la BIO- GESTION MAT.

Ceci est le programme de la Maîtrise de Dirigeants MAT que nous enseignons dans notre Ecole MAT de Dirigeants (Web : www.mat21.net).

Le troisième apport du MAT à la science est déjà la transition entre science et art : c´est la découverte des trois AXES ou poutres maîtresses qui soutiennent notre personnalité. Elles sont génératrice de négantropie (Schrödinger, prix Nobel de physique, années trente). Nous les résumerons sommairement comme suit :

ejesfrances.jpg

Nous représentons les trois axes par des diagonales qui relient trois paires d´émotions, plus importantes que mises dans l´ordre antérieur (en séquence énergétique). Ils s´appuient et s´amplifient l´un sur l´autre. Ces trois paires d´émotions avec leur respectifs structure et sens, travaillent en équipe.

Le tout premier Axe est la paire amour-tristesse que nous appelons l´Axe du DISPONIBLE. En effet, l´amour indique ce qu´il y a et est disponible et la tristesse indique ce qu´il n´y a pas et n´est pas disponible. Chaque Axe a trois lois qui le régissent :

Première loi : « Là où il y a de l´amour il n´y a pas de tristesse, et là où règne la tristesse, l´amour n´est plus ». Les deux émotions se comportent alors comme des vases communiquants, et quand l´amour croît, la tristesse recule de façon proportionnelle.

Deuxième loi : pour consolider les émotions, « s´il en manque une, il faut travailler sur celle qui existe pour susciter celle qui est absente ». Si non, on s´éreinte en vain à tirer sur ce qui n´existe pas.

Troisième loi : « lorsqu´il existe de l´amour authentique il existe alors de l´authentique tristesse et vive versa ». Lorsque les Axes fonctionnent bien, la première loi est l´origine de la deuxième et celle-ci de la troisième.

Nous pouvons ainsi résumer ces lois dans la formule : « lorsque qu´il y a, il y a, et lorsqu´il n´y a pas, il n´y a pas ». S´il y a, il vaut la peine de s´investir, sinon, il faut le chercher là où il y a. Cet axe donc nous aide à conserver tout ce qui est disponible et à l´augmenter. Le scientifique authentique augmente la connaissance et élargit l´âme du citoyen car il apporte un disponible qui, jusqu´alors, était inconnu. C´est pourquoi cet axe est nécessairement le premier : il garantit d´être chaque jour plus humain. Car s´il y a beaucoup de connaissance, mais sans cœur, nous mettrons nos connaissance au service de l´asservissement de l´âme des autres. Et s´il y a beaucoup de cœur, mais sans connaissance, c´est à dire, sans critère de ce qui implique de la souffrance évitable, nous serons responsables de perpétuer les dépendances et les symbioses.

Le deuxième Axe, fierté-crainte, s´appelle dans le MAT Axe de l´EXISTANT et consolide notre personnalité. C´est l´axe qui discrimine ce qui EST de ce qui n´EST PAS. Ce n´est pas en s´efforçant de le faire paraître qu´il en sera plus existant. C´est l´axe qui désigne avec fermeté l´OÙ (criante) et le COMMENT (fierté) et les met en relation. Nous pourrons alors résumer les trois lois dans la formule : « Ce qui est, est, et ce qui n´est pas, n´est pas. On aura beau mettre de la fierté, nous n´arriverons pas a faire exister l´inexistant. Et ce qui est, le sera toujours, même si le monde entier s´entête à le nier ». C´est pour cela que les génies finissent toujours pas s´imposer. La maîtrise de cette axe est le domaine de l´innovateur scientifique et de l´artiste. Nous examinerons ce phénomène dans notre prochain article.

Le troisième Axe, joie-colère se nomme Axe du PRÉSENT et renforce nos certitudes, donc notre esprit. Il surgit du deuxième axe et différencie ce qui a une vraie réalité de l´illusion et de la magie, et la fantaisie de ce qui est un fait. C´est cet axe qui a fait dire a Galilée « et pourtant, elle (la terre) tourne ! » contre tous les ecclésiastes agroupés. Si quelque chose existe en un endroit, et s´il est disponible, il faut faire l´impossible pour qu´il soit présent dans notre vie et nous accroisse la joie de la certitude de sa réalité. C´est cette démarche qui est celle du spirituel vrai et libérateur et qui s´oppose à son exil dans l´au-delà, exigeant que notre règne soit de ce monde, aussi. Cette démarche sera le thème de notre dernier article sur la recherche de la vérité, fonction de l´esprit. Il est frappant qu´il n´existe pas, en français, langue de typologie législatrice déconnectée de son talent, la joie, une parole comme en espagnol pour distinguer ce qui EST de ce qui en plus EST ICI (ser y estar). A moins que la différence soit dans le super talent entre les mots EXISTE et EST (qui impliquerait sa réalité factique) …

-o-o-o-o-o-o-

 TROUVER DES VÉRITÉS: L´ART PRÉCIS DE L´ESPRIT

Préciada Azancot

carl-maria-von-weber-oleo-100-x100-cm.jpg

A propos de la colère- et comme vous le savez grâce au MAT-, celle-ci se trouve travaillant, dans l´Axe troisième de notre structure de personnalité, avec son opposé complémentaire : la joie. La colère nous sert à gérer un corps sain, débarrassé de mensonges ; et la joie nous sert à trouver plus de vérités, donc plus de vérité. Je vais partager avec vous, para longs paragraphes successifs, un apport personnel sur ce travail essentiel de la colère :

Lorsque l´esprit nous guide, il n´y a pas de perte possible, quelles que soient les complexités des questions existentielles que nous nous formulions. Lorsque l´on nie l´existence o la validité de l´esprit, il n´y a pas de lumière possible et tout devient obscur et confus. Désordonné et incohérent. De plus, la formulation devient irritante et bien des fois assommante. Mais ce qu´il y a de plus difficile au monde est de trouver la vérité nue. L´être humain a toujours trouvé la vérité par trois chemins : la science, l´art et la spiritualité. Trois chemins aujourd´hui séparés et fâchés que nous allons aujourd´hui, dans cette série, tenter d´unir, de réconcilier et d´unifier. Mais cette tentative pourrait résulter frustrante, car tout peut en rester dans de bonnes intentions, car nous oublions que nous ne sommes pas élémentaires mais complexes, et que nous n´avons pas quatre dimensions -comme nous le croyions avant le MAT et depuis les Grecs anciens- mais bien sept, et qu´aucune de nos sept dimensions ne peut vivre hors de la vérité, et, ce qui est encore plus grave, dans le mensonge.


Nous avons la moitié de notre être –la part masculine de notre Moi intérieur- qui a besoin de s´élever et de trouver plus de vérités pour ce faire ; et l´autre moitié –notre Moi féminin intérieur- qui nécessite s´ancrer dans ces vérités jusqu`à les convertir en chair propre, afin de mieux s´élever plus tard dans plus de vérité, avec plus de force et de puissance. Et c´est de la confusion de chacune de ces parties entre elles, et, plus encore, du divorce sexiste, dogmatique et religieux entre celles-ci que naissent presque tous les maux de l´homme et de la femme.

-o-o-o-o-o-o-

A QUOI SERT LA COLÈRE? (II)

el mundo de Chagall (pintado justo tras su muerte). 116cm X 89cm: Oleo.

el mundo de Chagall (pintado justo tras su muerte). 116cm X 89cm: Oleo.

Lorsque la fausse colère malsaine remplace d´autres émotions authentiques, elle prend, en français, d´autres noms : lorsqu´elle remplace la crainte à faire du mal à autrui et à soi-même, son nom est hystérie et fanfaronnade. Lorsqu´elle remplace la tristesse de perdre le vivant, son nom est amertume, ressentiment, revanche. Lorsqu´elle remplace la fierté d´être et de créer, son nom est envie, couardise. Lorsqu´elle remplace l´amour de se livrer à ce qui est bien et bon, c´est la calomnie, le dépit. Lorsqu´elle remplace la joie de fluer en paix et en liberté, son nom est sacrilège et idolâtrie du mal.


Quand la colère est authentique –cette capacité innée de percevoir les mensonges, les injustices, les manipulations et de réagir à eux- son nom est spontanéité, justice et assainissement. Elle est culture vivante et en actes. Et la politicaille doit s´effacer face au civilisateur.

Nous trouverons peut être quelque intuition de précision dans les fonctions MAT de la colère saine. Et pas uniquement dans les fonctions que celle-ci nous octroie, mais dans la séquence en ordre des dites fonctions. Pour le MAT, la fonction basique de la colère est la justice, sa fonction élevée est la corporalité et sa fonction transcendante est l´astralité. Sans toucher à cette dernière- qui pourrait nous attirer d´indésirables sectaires et autres gourous- , que le MAT définit comme « le toujours présent », nous savons que les habilités de la structures humaine qui fonctionne avec de la colère –et que nous baptisons le Vitaliseur- sont, dans cet ordre et séquence précis:

  • Percevoir avec nos sens, répartir et assigner.
  • Réagir, vitaliser, assainir.
  • Sentir.
  • Mobiliser.
  • Dénoncer, attaquer, éradiquer.
  • Diluer et dissoudre.

De cette guise, nous arrivons à plus de justice, car à de nouvelles valeurs plus élevées et plus saines. Et une grande vitalité qui suscite l´unanimité se sent comme odeur à propre. Odeur à prémonition de vérité. C´est la démarche du civilisateur.

Cependant, lorsque cette séquence s´invertit pour mentir, manipuler, tromper, usurper, nous arrivons à ceci:

  • Diluer les responsabilités et dissoudre les vérités.
  • Dénoncer, attaquer, déraciner des valeurs saines.
  • Mobiliser les mécontents remplis de ressentiment nostalgiques.
  • Sentir et contaminer les sentiments négatifs qui remplacent la vraie colère et que nous avons décrits ci-haut.
  • Réagir et vitaliser ce qu´il y a de pire : les anti-valeurs les plus toxiques qui réveillent des fantasmes létaux.
  • Percevoir, répartir et assigner des postes de commande aux complices pour avoir le pouvoir et combattre la puissance.

C´est la démarche de la politicaille. Ainsi, l´environnement, au lieu d´accéder à la fierté d´être meilleur et de grandir, tombe dans la honte de ne pas avoir dénoncé à temps l´horrible absurdité et retombe dans la dépression impuissante.

Je vous laisse débattre, chers amis, sur ce thème, toujours d´actualité dans notre planète, mais non moins universel.

A bientôt,

Préciada Azancot

Créatrice du MAT.

A QUOI SERT LA COLÈRE? (I)

Chagall espiritual 100cm X 100cm, oleo y espátula, por Preciada Azancot

Chagall espiritual 100cm X 100cm, oleo y espátula, por Preciada Azancot

Si la colère était ce sentiment destructif, si répandu par ailleurs, de ressentiment, de rancune, d´envie, de dépit, et de désir de mal pour autrui, cela serait une émotion abominable qu´il faudrait effacer définitivement du registre de l´utile.

Mais ces sentiments si bas ne sont, pour le MAT et dans la vie réelle, que de fausses émotions qui en substituent d´autres, usurpant ainsi la place d´émotions saines. Et comme tout dans la vraie vie, ce n´est pas parce qu´un usurpateur « rabatte » un parole merveilleuse –comme ce serait « amour », ou « sécurité », ou « plénitude »- afin de tromper sa victime avant de lui enfoncer un poignard, qu´il faudrait pour autant la lui laisser (car ce serait du dépit, au fond, que de le faire). Ce qu´il faut faire par contre c´est la nettoyer, lui rendre sa signification, et interdire à l´escroc de l´employer dans le but d´usurper nos sentiments authentiques. Et, pour ce faire (les récupérer et les nettoyer), nous ne disposons parmi toutes nos énergies innées – qui, comme tout le monde sait depuis l´arrivée du MAT, sont nos ÉMOTIONS AUTHENTIQUES, QUI SONT LES UNIQUES ÉNERGIES INTERIEURES VALABLES DONT NOUS DISPOSONS POUR FONCTIONNER INTÉGRALMENT ET DE FAÇON INTÈGRE- que de la COLÈRE AUTHENTIQUE que le MAT définit comme notre « capacité innée de percevoir les mensonges, les agressions, les manipulations (et autre relents que, comme par « hasard », nous percevons à travers l´unique de nos sens rattaché à la colère : l´odorat) et nous rend capables de réagir à ceux -ci ». Et, bien réagir, avec colère authentique, signifie, pour le MAT, dire immédiatement face à eux : « ainsi non ! » et les dénoncer et «ainsi oui ! » et proposer quelque chose de plus vivant, de plus sain, de plus juste, de plus curatif. Et ceci est précieux. Et c´est de l´ordre en marche, en mouvement, de l´éthique se faisant culture vivante.

C´est à ceci que sert la colère, car la colère authentique n´est que cela. Car ne dire qu´ «ainsi non !» sans proposer immédiatement d´autres valeurs qui puissent nous élever et nous cultiver, est simple démagogie, simple dépit, simple destruction. Et, ce qui est pire, c´est du mépris envers l´intelligence des autres : c´est politicailler. Et c´est par tant, purement destructif. Non seulement destructif, mais encore contaminant de ces sentiments contre-nature. Nous ne devons pas les accepter, ni, encore moins les applaudir, et moins encore, les accompagner. Car ils nous laissent, en plus de seuls, impuissants.

Car la colère est la racine et la base de notre puissance : la simple et grandiose dignité d´être humain. La colère est l´expression de l´animal sain et grégaire, car eux aussi possèdent de façon innée de la colère authentique ; ce qu´ils n´ont pas c´est l´autre émotion purement humaine : la fierté authentique et créatrice qui nous sert à concevoir des valeurs qui élèvent la culture rase. C´est à dire, que, lorsque nous n´utilisons pas la colère authentique, nous nous situons en dessous de l´animal et, en ce faisant, nous les offensons aussi car ils confient en nous pour les guider et les soigner.

-o-o-o-o-o-o-

Bernstein by Preciada Azancot

Le MAT – Métamodèle d’Analyse Transformationnelle – est une science qui explique comment nous, les êtres humains, fonctionnons et peut s’appliquer aux individus ainsi qu´à n’importe quelle organisation créée et formée par des personnes: une famille, une entreprise, une nation…

Le MAT a été créé par Preciada Azancot et voit le jour après plus de 20 ans d’investigation et de constatations répétées de son caractère scientifique.


Le MAT répond aux questions fondamentales de la vie: Que faisons nous?, comment ? pourquoi le faisons nous? quand? dans quel but? où?

Il nous aide ainsi à comprendre ce qu’il s’est produit dans notre vie jusqu’à maintenant et, de la même façon, ce que nous vivons actuellement au jour le jour. Le MAT nous aide à nous connaître avec un niveau de finesse jamais atteint jusque là, ni que nous pensions pouvoir atteindre, puis à nous améliorer et a nous développer.Il nous aide à connaître les autres,à mieux communiquer et à établir des relations plus fructueuses et gratificantes.

var _gaq = _gaq || [];
_gaq.push([‘_setAccount’, ‘UA-38748757-1’]);
_gaq.push([‘_trackPageview’]);

(function() {
var ga = document.createElement(‘script’); ga.type = ‘text/javascript’; ga.async = true;
ga.src = (‘https:’ == document.location.protocol ? ‘https://ssl’ : ‘http://www’) + ‘.google-analytics.com/ga.js’;
var s = document.getElementsByTagName(‘script’)[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s);
})();

Anuncios

Responder

Por favor, inicia sesión con uno de estos métodos para publicar tu comentario:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s